Icônes
SF light et bancale

Icônes de Margareth Stohl Black Moon

Ce qui devait n’être qu’une comète frôlant la Terre était en réalité un vaisseau. Le Jour où les Seigneurs ont placé des Icônes au dessus des grandes villes, des machines qui contrôlent toutes les énergies, qu’elles soient électriques ou humaines, a ébranlé la Terre et ses habitants. Les cœurs des humains ne battent que si les Seigneurs l’ordonnent. Ils contrôlent tout. Et certains humains n’hésitent pas à vendre leurs semblables en pactisant avec ces extra-terrestres, au prix de leur propre confort…

Doloria est une Glaneuse. Orpheline, elle vit loin des villes, avec Ro, son meilleur ami, loin de tout danger. Mais quand, pour son seizième anniversaire, son tuteur offre à Dolly un livre, sa vie change à jamais. Ce livre, illégal, doit lui révéler sa vraie nature… Dolly a une mission à accomplir, mais beaucoup d’obstacles lui barrent la route.

Après 16 Lunes et ses Enchanteurs, Margareth Stohl se lance dans un projet solo et s’attaque au genre de la Science-fiction. Même si je n’ai pas lu sa saga précédente, j’étais curieuse de lire Icônes, un roman au résumé prometteur… malheureusement, le résultat n’a pas été à la hauteur de mes espérances.

Contrairement au genre Fantastique dans lequel l’auteur peut se permettre de rester dans le flou, grâce à l’utilisation de la Magie, la Science-fiction est un genre beaucoup plus exigeant. Et dans Icônes, la vraisemblance de l’univers est constamment remise en cause par de petites imperfections, des détails qui écaillent progressivement toute la crédibilité de l’univers. Du début à la fin, on reste dans l’approximatif complet. Il faut, par exemple, attendre la moitié du roman pour avoir une définition un peu plus précise de ce qu’est, physiquement, une Icône. La Chute ? Idem. Et je ne vous parle même pas des nuances entre les différentes castes ou encore ce qu’est précisément Glaneurs ou Ambassade City...

Margaret Stohl préfère mettre l’accent sur les sentiments de ses personnages. Un peu à la manière d’Allie Condie dans Promise, le style de l’auteur se fait poétique et appelle à une douce rêverie. Mais il est hélas vite desservi par le peu d’épaisseur des personnages qu’elle a créé. Dolly, l’héroïne, mérite bien son surnom : telle une poupée de chiffon, elle reste inactive la plupart du temps, malgré la grande force (et le potentiel scénaristique, donc) qui sommeille en elle. On est bien loin des héroïnes volontaires à la Katniss ! Lucas, lui, est insipide, et Ro, bien que stupide reste attachant… Seuls l’excentrique Fortis et l’intelligente Tima (qui à elle seule, semble avoir volé les neurones des autres personnages) ont trouvé grâce à mes yeux.

Alors qu’un premier tome pose généralement les bases d’un univers, celui d’Icônes manque cruellement de consistance. Pourtant, Margaret Stohl semble avoir beaucoup réfléchi à la construction de ce monde régit par les extraterrestres, comme l’indique les nombreuses références empruntées à la culture antique, à l’histoire romaine ou biblique. Les pages de carnet intercalés entre les chapitres sont aussi une bonne idée, autant ludiques qu’utiles. Le parallélisme entre sciences et religion était également intéressant… mais elle ne va pas au bout des choses et reste concentrée sur les atermoiements/hésitations de son héroïne.

Enfin, les coïncidences scénaristiques sont tellement grosses qu’elles en perdent toute crédibilité. Le lecteur est plongé dans un tel flou qu’il ne cesse de tâtonner : pourquoi X réagit de cette façon ? Pourquoi les gardes ne servent à rien ? Pourquoi personne ne semble au courant des agissements de "prisonniers" ??? Tant de pourquoi laissés sans réponses qui font que l’on cogite, cogite, cogite, et que l’on perd de vue l’intrigue.

Si Icônes a été une belle déception de mon côté, il est à conseiller aux amateurs de romans contemplatifs axés sur les sentiments. Vous avez adoré Insaisissable ? Icônes est fait pour vous. Par contre, si vous aimez les romans de SF purs et durs, il vaut mieux que vous passiez votre chemin.

D'autres avis chez Noémie + Nathan + Lulai lis

Icônes #01 ~ Margaret Stohl
Black Moon (octobre 2013), 408 pages, 18€