Insaisissable, tome 01 : Ne me touche pas
Pour quelqu'un qui veut éviter le contact physique, je trouve que tu te fais beaucoup peloter, Juliette...

InsaisissableJuliette sait qu’elle n’est pas folle. Pourtant, voilà presque un an qu’elle est enfermée en cellule d’isolement, privée du contact des autres. Car Juliette est maudite : tous ceux qui la touchent se voient infliger les pires tortures jusqu’à ce que mort s’en suive. Et soudainement, on lui fait partager sa cellule avec un autre détenu ? Qui est-il et quelle est la raison de son emprisonnement à ses côtés ? Une chose est sûre pourtant : cette rencontre va bouleverser la vie de Juliette à tout jamais…

Un résumé accrocheur, une héroïne présentée comme forte et volontaire, une dystopie qui semblait pleine de poésie... Présenté comme le livre jeunesse de cet automne (un livre encore "plus fort que Twilight", rien que ça), j’attendais la sortie d’Insaisissable avec beaucoup d’impatience : j’avais hâte de lire ce roman qui s’annonçait superbe, mais au fil de ma lecture, j’ai vite déchanté. J’ai arrêté de sourire pour commencer à soupirer, consternée, arrêté de tourner frénétiquement les pages pour regarder combien de pages il me restait encore à subir. L'histoire, les personnages, en passant par la cohérence de l'œuvre, toutes mes attentes ont hélas vite étés réduites à néant, alors que je passais de déception en déception.

Commençons par l’intrigue : reposant sur nombre de facilités, j’ai eu l’impression que tout était toujours trop simple pour nos héros. Tahereh Mafi enchaîne les Deus ex machina (vous savez, dans les pièces de théâtres, quand la situation des personnages principaux est totalement bloquée, on se demande "mais comment vont-ils faire ???" et que soudainement, un personnage inconnu jusqu’alors (genre le roi) débarque et leur fait "moi, j’ai la solution", et que cette intervention, qui n’avait été nullement préparée auparavant, retourne totalement la situation au profit d’un dénouement heureux…). Ces Deux ex machina se traduisent de façons diverses et variées dans Insaisissable, mais cet exemple sera sans doute le moins spoilant de tous : les héros sont en fuite et là, une voiture déverrouillée, abandonnée dans une rue, avec de l’essence et la clef sur le contact (et même de la nourriture dedans…) se présente à leurs yeux. Pas vraiment crédible dans un monde de Dystopie où les aliments et les voitures sont plutôt rares, non ?

Mais si vous cherchez de l’action et non pas de la crédibilité en lisant Insaisissable, que ce soit clair, il ne se passe pas non plus grand-chose si ce n’est que les hormones des héros les travaillent H-24. Le peu de tension/d’action que j’ai trouvé est donc purement… sexuel.

Les personnages, quant à eux, m’ont paru artificiels (ou souffrant de légère schizophrénie). Je n’ai pas réussi à m’y attacher hormis Warner, le charismatique chef des soldats, bien vite hélas, réduit au rôle de gentil petit toutou larmoyant. Adam marquera par son absence de charisme, et ne parlons même pas de Juliette… Heureusement qu’elle est censée être dangereuse… On m’avait vendu une héroïne forte à la Kristin Cashore et je l’ai finalement trouvée plus cruche que Bella Swan.

Pourtant, il existe un point positif à ce roman : c’est qu’il est très bien écrit. Le style de Tahereh Mafi est sublime et j'ai adoré certaines comparaisons, aussi incongrues que poétique :

Aujourd’hui, il pleut. Le Ciel verse des larmes sur notre sort.

Je me suis cependant rapidement totalement désintéressée de cette histoire abracadabrante qui ne s’accorde pas avec de telles envolées lyriques.

Vous l’aurez donc compris, ce premier tome d’Insaisissable a été une grosse déception de mon côté. Malgré tous les commentaires élogieux que l’on peut trouver sur la blogosphère, je n’ai pas su m’attacher à ce roman, et c’est d’autant plus frustrant que la base de départ était bonne ! Au final, tout déçoit par trop d’artificialité et manque de crédibilité. Je me passerais donc de lire la suite, mais reste convaincue que ce roman saura trouver son public. Je n’en fais juste pas partie.

D'autres avis plus positifs ou nuancés chez : Adalana + Little + Bookenfolie

Insaisissable ~ Tahereh Mafi
Michel Lafon (octobre 2012), 384 pages, 16€95