Cell. 7
loi du Talion à la télévision

Cell

Martha, seize ans, est condamnée à mort. Son crime, avoué sur les lieux du meurtre, est d’avoir assassiné Jackson Paige, une célèbre star de télé-réalité. Dans une société où la justice est rendue à l’antenne et la sentence décidée par le public, tout semble incriminer Martha. Pourtant, Eve, sa conseillère, doute de la culpabilité de l’adolescente. Sept jours pour découvrir la vérité… avant qu’il ne soit trop tard.

Dans Cell. 7, Kerry Drewery met en scène un futur qui ferait froid dans le dos : dans une société qui aurait remis en vigueur la peine de mort, la justice est rendue sous forme d’émissions de télé-réalité. Manipulation de masse, absence d’enquête, superficialité… c’est un système judiciaire corrompu jusqu’à la moelle que nous dépeint l’auteure. Et si l’idée de départ est intéressante, elle manque d’approfondissements et de contextualisation pour être convenablement développée.

D’emblée, on se retrouve plongé au cœur de l’action : les chapitres sont courts et les points de vue s’y alternent, ce qui dynamise l’intrigue. De même, le style de l’auteure va à l’essentiel : les lecteurs, grâce aux passages qui s’apparentent à l’émission de télévision, deviennent spectateurs et jurés.

Pour autant, alors que Cell. 7 nous promettait une leçon toute en nuance nous encourageant à ne pas nous fier aux apparences, la construction des personnages se fait trop manichéenne pour rester crédible : les riches sont tous méchants et calculateurs, les pauvres gentils et manipulés… tant et si bien qu’on peine à s’attacher à eux.

Cell. 7 est donc un roman captivant par son style, avec de bonnes idées, mais qui risque de laisser sur leur faim les lecteurs les plus exigeants, à la recherche d’une intrigue complexe et crédible. Une lecture en demi-teinte, me concernant : intéressante, mais au contenu hélas bien vite oubliable.

Cell. 7 ~ Kerry Drewery
Hachette jeunesse (septembre 2016), 380 pages, 18€