A la vie, à la mort : pamphlet contre le sexisme ou sexisme pur ?
Ou comment en désirant faire une comparaison Twilight/à la vie à la mort,
je me retrouve à écrire un article sur le sexisme…

Twilight réinventé Stephenie Meyer sexiste Black Moon à la vie à la mort 10e anniversaire édition spéciale

Fin 2006, j’ai connu Twilight, totalement par hasard, alors que j’errais au rayon livres adolescents. Un vampire qui s’appelait Edward, ça m’a tout de suite intrigué. J’ai donc acheté le premier tome… et dévoré tous les suivants ! Twilight n’est pas le meilleur livre de tous les temps, on peut lui reprocher beaucoup de choses mais à titre personnel, il a changé ma vie. J'ai été jusqu'à visiter Volterra et je me refuserai de faire celle qui crache sur la saga (sauf le dernier tome… et les films). Bref, la Twifan en moi s’est réveillée lorsqu’il a été question de l’édition des 10 ans de Twilight et d’un mystérieux bonus… Serait-ce (enfin) Midnight Sun ???

  • A la vie, à la mort : la fanfiction gender swapping de Stephenie Meyer

Comme moi, vous avez sans doute cru à un 1er avril automnal quand vous avez découvert le fameux bonus de l’édition : un Twilight gender swap. Pour celles ou ceux qui ne connaissent pas ce terme, sachez que le gender swap est un genre plutôt courant dans le domaine de la fanfiction. Ce changement de sexe des héros permet de créer une sorte d’univers alternatif et laisse libre court à l’imagination du fanficeur.

Perplexité, moquerie, curiosité… je suis passée par tous les stades avant de relativiser : au moins, l’idée était plutôt originale dans le monde des "vrais" romans. Alors que Stephenie Meyer aurait très bien pu se contenter d’écrire une préface, elle proposait à ses fans 500 pages de contenu exclusif !

Et malgré des changements de noms douteux et mes multiples appréhensions dues au marketing, j’ai débuté A la vie, à la mort sans trop rien en attendre, en lecture commune avec mon amie Pascaline,Twifan elle aussi (c'est grâce à Twilight qu'on s'est connues !).

J’étais loin de me douter de deux choses :
1) ce serait encore pire que ce que je pensais
2) cette lecture allait me faire m’interroger sur la notion de sexisme en littérature

  • Une rapide contextualisation…

life_and_death par andiree Twilight réinventé

source de l'image

Exit Bella et Edward. Dites bonjour à Beaufort Swan et Edythe Cullen, nos nouveaux héros ! Dans A la vie, à la mort, le sexe de tous les personnages a été inversé… Tous sauf Charlie et Renée, les deux parents de Bella/Beau. Dans sa préface, Stephenie Meyer justifie d’ailleurs plutôt bien ce choix. La préface correspond à une note d’intention de Stephenie Meyer.

En écrivant son Twilight réinventé, l’auteure voulait répondre à de nombreux critiques qui affirmaient que Bella faisait trop "damoiselle en détresse", l’auteure a décidé d’inverser le sexe de ses héros pour prouver à ses détracteurs qu’il n’en était rien, que Bella était avant tout une "humaine en détresse" :

J'ai toujours défendu l'idée que ça n'aurait fait aucune différence que le personnage soit féminin ou masculin - l'histoire reste la même. Genre et espèces mis à part, Twilight ne s'est jamais voulu que le récit de la frénésie magique et obsessionnelle du premier amour.

"Et si je mettais cette théorie à l'épreuve ? me suis-je donc dit. Voilà qui pourrait être amusant."

Dans la suite de sa préface, Stephenie Meyer nous énumère en six points les "nombreuses modifications d'écriture" qu'a entraînées la "masculinité de Beau". Principalement un langage moins fleuri et des TOCs (Vous voulez créer un personnage masculin ? Faites-le parler djeuns !).

  • La tendance du "chercher/remplacer"

Très concrètement, A la vie, à la mort ne change presque rien par rapport à Twilight. Pour voir des modifications significatives à l’intrigue, il faudra attendre les quarante dernières pages du roman (!!!). Le reste donne l’impression d’un Twilight dans lequel Stephenie Meyer aurait tout bonnement effectué un chercher/remplacer avec les prénoms et les pronoms, rien de plus. L'avantage de cette édition, c'est que vous pouvez comparer le texte, il vous suffit juste de retourner le roman pour avoir accès à la face Twilight et vous rendre compte que certains passages sont identiques au mot près !

Le copier remplacer version Stephenie Meyer Twilight réinventé

Il y a donc trois modifications majeures à A la vie, à la mort :

  • La fin

Concentrée à l’extrême et confuse, elle englobe une multitude de sujets qui sont impossibles à traiter en aussi peu de pages. Stephenie Meyer y aborde : la transformation de Beau, la simulation de son décès, le problème des Loups et les Volturi.

Cette accumulation de sujets donne une impression d’artificialité. Alors que je m’ennuyais déjà ferme à cause du copier/coller du début, la fin m’a parue encore plus ennuyeuse malgré l'attrait de la nouveauté, voire bâclée, comme si Stephenie Meyer se réveillait et nous casait tout dans les dernières pages.

  • Le passé de Carine/Carlisle

… est également davantage développé. J’ai apprécié ce passage durant lequel on s’attarde sur la vie passionnante d’un vampire ayant traversé les siècles.

  • La non-tentative de viol sur Beau

Hormis la fin du roman, c’est le plus gros changement du roman : la tentative d’agression de Bella à Port Angeles par deux voyous a été remplacée par une scène dans laquelle Beau se fait traquer par un couple qui pense qu’il est un flic sous couverture (crédible, n’est-ce pas ?). La tentative de viol est ainsi remplacée par une tentative de meurtre et ce changement fait écho à un article dans lequel l’auteure Maggie Stiefvater dénonçait la solution de facilité du viol en littérature, dès qu’il s’agissait d’un personnage féminin :

Je ne parle pas de romans comme Speak. Je parle des romans dans lesquels la scène de viol peut être facilement remplacée par une autre sorte de scène violente et l’aspect sexuel entre en jeu uniquement parce qu’il s’agit d’un personnage féminin. Si les sexes avaient étés inversés, une scène de viol n’aurait jamais été écrite. L’auteur aurait trouvé une autre façon de marquer son personnage masculin.

Mais alors qu'en est-il de la théorie de Stephenie Meyer, totalement remise en cause par ce seul exemple ?

Source: Externe

Grâce à Beau et Edythe, Stephenie Meyer a-t-elle réussi à briser les stéréotypes dont l’accusaient ses principaux détracteurs ?

Non. En inversant les sexes de ses personnages, Stephenie Meyer n’a hélas fait que les renforcer.

Si Edythe est d’une force surhumaine et désire tout contrôler, Beaufort fait la cuisine, range et classe les produits ménagers par ordre alphabétique (sans rire !)… même s’il fait parfois référence à un "code d’honneur masculin" (pour plus de virilité peut être ?). Eleanor (Emmett) fait camionneuse, quant à Joss (James), elle m’a parue beaucoup plus lisse que son homologue masculin.

L’inversion des rôles est perturbante et renforce les clichés : le harem de filles qui entoure Beau est beaucoup plus agaçant que le harem masculin de Bella, quant aux personnages féminins, constamment mis en avant pendant que les personnages masculins restent en retrait, niveau crédibilité, je ne relève même pas.

  • Comme Monsieur Jourdain, Stephenie Meyer ferait donc du sexisme sans le savoir ?

"Comporte-toi en homme, Beau", la phrase prononcée par McKayla (Mike) est sans doute la meilleure phrase de tout le roman puisqu’elle soulève le problème majeur dans cette réécriture : trop fidèle à Twilight, le comportement masculin des filles et celui féminin des garçons ne sont absolument pas plausibles. Autre exemple : Charlie et Beau sont dans la cuisine pendant que Julie (Jacob) et sa mère viennent regarder le baseball à la télé chez eux… Sérieusement ?

Twilight réinventé Stephenie Meyer sexiste Black Moon à la vie à la mort 10e anniversaire édition spéciale épic fail

En lisant A la vie, à la mort, j’ai au moins appris une chose : dans un monde de fiction, un personnage masculin qui se comporte comme un humain en détresse est encore plus insupportable qu’un personnage féminin ! Et cela même si on adhère IRL à la lutte contre les stéréotypes et à l’égalité homme-femme… Le fait qu’Edythe prenne toujours l’initiative d’être proche de Beau m’a également fait lever les yeux au ciel un nombre incalculable de fois.

A ces comportements étranges s’ajoutent les constantes justifications du narrateur :

Le roi du bal. Le costaud qui avait la priorité à la salle de muscu quand il s’agissait de choisir sa machine. Sa crinière blonde était nouée en chignon à l’arrière de sa tête, sans rien de féminin cependant. Ça ajoutait même à sa virilité.

ou

Tes cheveux sont hérissés tout droit sur ta nuque, Beau, lâcha-t-elle. Ce foulard n’est pas féminin, si c’est ça qui t’inquiète. Je l’ai piqué à Archie.

Sans parler de la postface de Stephenie Meyer et de ses non-excuses qui en rajoutent encore une couche :

Je m'empresse cependant de signaler que, si Beau devient un vampire, ça n'a rien à voir avec le fait qu'il est un garçon, et non une fille. Cela ne signifie pas non plus que je préfère ce dénouement ou que le premier était "mauvais".

Comme quoi, dire n’est pas faire… Soyons honnête : Stephenie Meyer, en voulant prouver à ses opposants qu’ils avaient tort… leur a donné raison. En changeant les sexes de ses personnages, elle a accentué les stéréotypes...

Je ne parlerai même pas de la traduction française qui empire encore plus les choses. Tirer sur une ambulance, c’est mal, je me contenterai donc d’un petit florilège d’expressions telles que : "Il aurait été chien de marcher dans la combine de Taylor", "tu te paies ma fiole" ou encore "je ne vois pas souvent la nue". Qu’est-ce qu’on avait dit, déjà ? Que Beau n’avait pas un langage fleuri comme Bella ? Et à cela s’ajoute d’autres expressions djeuns qui créent un décalage d’autant plus agaçant...

Twilight réinventé Stephenie Meyer sexiste Black Moon à la vie à la mort scan

Vous voyez : même le traducteur finit par douter du sexe des personnages !

En voulant rester trop proche de son œuvre d’origine, Stephenie Meyer a donc échoué à réinventer Twilight. Cette réécriture ne possède même pas une once de saveur nanardesque, c’est juste un roman horriblement creux et bancal qui met en avant le sexisme présent en littérature alors que son auteure voulait justement s'en défendre. Bien joué, Stephenie Meyer !


Et vous, que pensez-vous de ce Twilight réinventé ?
(si vous l'avez lu en entier, vous avez tout mon respect...)