Salmacis
Lauréat du Tremplin Black Moon

Salmacis, l'élue Emmanuelle de Jesus Black Moon Tremplin Hachette Jeunesse

Faustine, seize ans, a toujours été dans l’ombre de son frère jumeau. Jusqu’au jour où ils sont mis en pensionnat dans le très select lycée Mont Angèle. C’est là que Faustine s’épanouit et rencontre Andrea, un étudiant qui la fascine. Mais derrière ce sourire, quel incroyable secret cache-t-il ? Et s’il était dangereux pour Faustine ?

Lauréat du grand Tremplin Black Moon, j’étais impatiente de découvrir Salmacis, le roman d’Emmanuelle de Jesus. Verdict ? Je ressors de cette lecture plutôt sceptique.

Habile mélange de fantastique et de romance contemporaine, Salmacis m’a rappelé Phaenix de Carina Rozenfeld. Si la mythologie que nous présente l’auteure est originale, le développement narratif, lui, ne se démarque pas vraiment. On retrouve presque tous les éléments qui composent un roman young adult : le beau garçon mystérieux, l’héroïne aux talents cachés, un amour maudit sur un fond de vie quotidienne… Le tout se lit sans trop de peine et il est plaisant de voir une intrigue américaine "déjà-vu" transposée à la sauce française. L’escalade, que pratique l’héroïne, apporte d’ailleurs une touche rafraîchissante au récit.

Mais ce qui m’a le plus agacé dans Salmacis, c’est cette impression d’immobilité constante : l’intrigue ne peine pas à démarrer mais elle stagne en son milieu. L’auteur abuse du stratagème narratif du "je m’apprête à tout te révéler jusqu’à ce que quelqu’un/quelque chose nous interrompe (mince alors !)". Ce procédé fait durer artificiellement le suspense, vu que l’héroïne n’insiste jamais, et il a eu raison de ma patience.

Néanmoins, ma lecture n’a pas été que négative (heureusement !). En personnages, si Andrea m’a donné envie de le secouer, j’ai énormément aimé Mehiel, un membre de la famille d’Andrea. Quel dommage de ne pas le voir plus souvent ! J’espère qu’il sera davantage présent dans le second tome. Autre point positif : le style. Il est fluide et familier sans pour autant sombrer dans la caricature. Les ados peuvent ainsi se reconnaître à travers la narration de Faustine.

Salmacis est donc un premier roman sympathique à lire malgré ses quelques maladresses. Pour la suite, j’espère qu’Emmanuelle de Jesus nous offrira un second tome mieux rythmé, maintenant que le mystère est levé sur la nature d’Andrea… Affaire à suivre !

D’autres avis chez Alittlematterwhatever + Miawka

emmanuelle de jesus lauréate 2013

L'élue ~ Emmanuelle de Jesus
Black Moon éditions (avril 2014), 383 pages, 16€