Shi Ki

Au programme : morts étranges aux allures d'épidémies, revenants et horreur – rien que ça !

shi_ki_manga_volume_1_simple_26041Reprise du mythe du Vampire et des revenants,
Shi Ki est une lecture rafraichissante dans laquelle on retrouve le  Vampire, le "vrai", l'effrayant, contrairement à ce qu'on peut lire en ce moment dans le monde des mangas. Pas que le genre "Vampire Bishounen" dans les Shoujo me dérange, mais je dois faire une indigestion ces temps ci. Un peu de gore ne fait jamais de mal pour rappeler qu’à la base, les Vampires sont des créatures dangereuses...

Sotoba est un petit village japonais tranquille dans lequel jamais rien ne se passe : cerné par les montagnes et la forêt, son accès est très difficile, ce qui explique le peu d'habitants et la population vieillissante. Megumi Shimizu ne supporte plus ce village dans lequel tous se connaissent et cancanent à tout va. Fascinée par le château qui surplombe le village, Megumi rêve d’une vie meilleure, surtout depuis que la famille Kirishiki y a emménagé. Empreints de mystère, ce sont des excentriques que personne n’a encore vu,  et autant dire qu’ils piquent la curiosité de la jeune fille.

Shi_Ki_tome_2Soudain, par une journée caniculaire, trois cadavres sont découverts, sans que l’on puisse déterminer avec certitude les causes de leur mort. Un peu plus tard, c'est Megumi qui trouve la mort dans des circonstances tout aussi énigmatiques. Les morts s'enchainent, et la peur s'instaure dans les esprits.

On plonge alors dans un univers oppressant, on s'interroge en même temps que le médecin du village : l'épidémie qui s'abat sur le village n'a vraiment rien de naturel, emportant hommes et femmes sans distinction d'âge. Autant dire que la panique commence à monter. Et puis à cela s'ajoute de troublants témoignages : certains habitants sont persuadés d'avoir aperçu des personnes censées être mortes et enterrées... c'est le cas de Natsuno, persuadé que Megumi revient chaque soir l’épier à sa fenêtre.

 

Shi Ki est adapté d'un roman de Ono Fuyumi, connue en France grâce à sa série Les Douze Royaumes, dont les romans sont sortis en France chez Milan Jeunesse. Le premier tome de Shi Ki, bien qu’un peu lent, pose les bases de l'intrigue en présentant les différents protagonistes (très nombreux). Il plonge le lecteur dans une atmosphère plutôt noire et privilègie l'ambiance à l'action.  C'est pour cette raison que je vous conseille de lire les quatre premiers tomes d’une traite car le premier tome, bien que fort prometteur,  pourrait en décourager plus d’un, il n'est pas révélateur du véritable potentiel de la série.

Shiki_01

Les dessins de Ryu Fujisaki (connu en France pour son manga Hôshin l'investiture des Dieux) sont d’une beauté effrayante : travaillés, jouant sur les contrastes, ils retranscrivent parfaitement l’angoisse et la fascination que peuvent susciter les revenants. A noter que la galerie de personnage de Shi Ki est tout simplement impressionnante : à chaque fin de tome se trouve le récapitulatif des habitants du village de Sotoba, qui, au tome 4, s'élève déjà à 70.

Shi Ki, malgré un premier tome plutôt lent à démarrer, est donc une série à découvrir de toute urgence pour les amateurs de sueur froide. A noter qu'un animé est sorti au Japon. Si vous n’êtes pas encore totalement convaincus par ma critique, je vous laisse découvrir le trailer de l’animé, qui en dit beaucoup plus sur l’ambiance de ce manga.

Âme sensible, s'abstenir :

Shi Ki ~ FUJISAKI Ryu, ONO Fuyumi,
Kaze Manga # 4 tomes sortis en France, 9 tomes au Japon (série en cours)