Réseau(x)
Video Games ruins my Life. Good thing I have two extra lives!

Réseaux - Vincent Villeminot tome 02

Sur les réseaux, tout le monde pense connaître tout le monde. Tout le monde aime, surveille, espionne tout le monde. Mais désormais, une guerre est déclenchée, sur le web et dans le monde réel. Et Sixie, 15 ans, est l'enjeu, le butin, le gibier de tous les combattants...

Réseau(x) est ce type de livre qui divise l’opinion sur la blogosphère : soit on adore, soit on déteste. Pour ma part, si je lui ai trouvé d’incroyables qualités, ma lecture n’en a pas pour autant été facile.

Comme j’ai parfois pu le lire, ce n’est pas tant la multitude de personnages qui m’a gêné : si on prend pour comparaison Une place à prendre de J.K. Rowling, le roman de Vincent Villeminot n’a pas autant de protagonistes. C’est plutôt le morcellement de l’intrigue qui m’a posé problème. En effet, il n’y a pas vraiment d’intrigue dans Réseau(x), mais plutôt des intrigues imbriquées telles les pièces complexes d’un casse-tête. Le lecteur navigue ainsi d’un personnage à l’autre, par bribes de texte. Par cet aspect, Réseau(x) peut donc se révéler être une lecture assez exigeante : si on n’est pas attentif, on perd vite le fil et on finit par se désintéresser de l’histoire.

Mais une fois passé le seuil des 180 premières pages, j’ai su me faire à la composition atypique de ce roman et à en apprécier les qualités. Dignes d’un polar pour adulte, les personnages de Vincent Villeminot sont complexes et travaillés. Je retiendrais Fanelli, le flic intègre brisé par le système, la fragile Sixie et ses rêves prémonitoires… mais surtout le personnage de Cèsar, qui oscille entre génie et folie. Ses répliques à la Chuck Norris m’ont bien fait rire et la relation qu’il entretient avec son frère m’a d’ailleurs extrêmement touché.

Les thèmes abordés par l’auteur sont eux aussi abordés sous un angle intéressant : les réseaux sociaux et l’utilisation que l’on peut en faire, le tout sur fond de jeux vidéo et de folie. Le côté voyeur des utilisateurs est ainsi bien représenté ici, même si on voit assez vite que l’anonymat sur la toile se révèle relatif dès qu’on gratte un peu. Enfin, les scènes de jeu dans la réalité procurent aux lecteurs une bonne dose d’adrénaline.

Réseau(x) n’est donc pas un roman à lire pour passer un bon moment de détente : doté d’une complexité plaisante et d’un style d’écriture qui tient en haleine, les amateurs de polars adultes ressortiront ravis de cette lecture plutôt exigeante. Un bon thriller, en somme, si on sait persévérer.

D'autres avis chez Little + Luthien

Réseau(x) (tome 01) ~ Vincent Villeminot
Nathan Jeunesse (septembre 2013), 446 pages, 16€90