Sword Art Online
002 Fairy Dance

Sword Art Online 002 fairy dance Ofelbe éditions Reiki Kawahara & Abec

Après avoir terminé Sword Art Online, un jeu qui gardait prisonnier l’âme de ses joueurs, Kirito peine à se réhabituer à sa vie hors ligne. Le retour à la réalité est plutôt rude pour ce joueur invétéré de VRMMO, surtout qu’Asuna, son grand amour, ne s’est toujours pas réveillé. Aussi, quand il entend parler d’Alfheim Online, et d’un personnage qui ressemble trait pour trait à Asuna, Kirito n’hésite pas : il plonge dans ce nouvel univers, plein de fées et de magie.

Ayant lu Sword Art Online Aincrad le mois dernier, j’ai presque enchaîné sur le deuxième tome, Fairy Dance, qui sortait pour Japan Expo.

Ce qui pourra étonner certains lecteurs, c’est que cette suite de Sword Art Online… ne se déroule pas dans le jeu du même nom, mais se partage entre le réel et Alfheim Online (ALO). Fairy Dance nous fait ainsi découvrir un nouveau système de jeu : l’univers réaliste des bretteurs laisse place à la magie. Les habitudes de jeu sont différentes et il est intéressant de voir plus d'une fois Kirito déstabilisé par ALO. Fairy Dance aborde ainsi tout ce qui fait la spécificité des MMO : les avatars, le rythme de jeu, le changement de personnalité quand les joueurs sont online, le choix des castes de personnages…

Côté intrigue, si Aincrad possédait deux parties distinctes (une sur Kirito, l’autre composée d’histoires indépendantes), les deux parties de Fairy Dance sont plus linéaires : quand on ne suit pas Kirito, on le délaisse pour se concentrer sur les nouveaux personnages féminins. Dans le monde réel, l’auteur laisse la part belle à Suguha, la sœur de Kirito. Dans le virtuel, il met en avant Leafa, une joueuse qui accepte d’aider Kirito dans sa quête.

Et si j’ai adoré me plonger dans ce nouveau monde virtuel, j’ai tout de même peiné lorsque l’auteur se concentre sur la vie quotidienne de Suguha. En effet, ce qui fait la force de Sword Art Online, c’est son univers, cette façon qu’a l’auteur de dépeindre un monde virtuel avec passion et cohérence. Les personnages, bien que sympathiques, sont stéréotypés... et hors jeu, cela s’en ressent davantage. Je n’avais donc qu’une hâte : que Kirito rejoigne Alfheim !

L’objet-livre en lui-même est toujours très beau avec ses pages couleurs. J’ai cependant regretté quelques coquilles et une traduction pas toujours très fluide alors que celle du premier tome ne m’avait posé aucun problème… (peut être est-ce dû à un manque de temps de préparation, comme les fans étaient impatients de connaître le sort de Kirito et Asuna ?)

Fairy Dance est donc une suite agréable à lire, qui parlera autant aux fans de jeux en ligne qu’aux néophytes. Si le changement d’univers pourra en décevoir certains, Reiki Kawahara nous rappelle par ce biais qu’une multitude d’expériences virtuelles ne demandent qu’à être découvertes et qu’il existe un MMO pour chacun d’entre nous… Il me tarde de voir ce que réserve Gun Gale Online, le monde mis à l’honneur dans le prochain tome : Phantom Bullet

Sword Art Online #002 Fairy Dance ~ Reiki Kawahara & Abec
éditions Ofelbe (juillet 2015), 464 pages, 19€90