Ne t’en va pas
l'amour au delà des préjugés...

Ne t'en va pas Paul GriffinRien ne destinait Céce et Mack à s’aimer : si elle se prépare aux concours pour entrer dans un lycée de renom, Mack, lui, fait la plonge dans un restaurant. Il a un casier judiciaire et une réputation de voyou. Pourtant, ces deux là vont apprendre à se connaître et à s’aimer... jusqu’à ce qu’un drame fasse éclater leur couple. Mack, sachant mal gérer ses émotions, commet le pire des crimes. Leur amour survivra-t-il alors que la fatalité s’acharne sur eux ?

Rappelant les romans de Simone Elkeles avec la même idée des contraires qui s’attirent, Ne t’en va pas est un roman aux émotions brutes. Tout d’abord, j’ai eu peur d’y trouver les mêmes défauts qu’à Paradise : que tout aille trop vite et manque de cohérence logique. J’ai aussi été déstabilisée par la narration au présent, doublée d’une forte oralité dans le choix des mots. Mais une fois les premières pages tournées, le récit s’installe pour de bon.

Ne t’en va pas raconte l’histoire de deux ados paumés qui font tout pour essayer de sortir de leur condition d’origine. Autour de Mack et Céce, tout n’est que pauvreté, alcool, drogue, combats de chiens au détour des rues, disputes, violence, guerre… c’est dans un tel climat que leur amour éclot et malgré tout l’espoir dont on peut faire preuve, la tragédie ne tarde pas à éclater.

Le vrai point fort de ce roman, c’est Mack : un peu renfermé sur lui-même, plein d’amour mais recélant d’une violence indicible, seule sa passion pour les chiens lui donne la force de vivre. Comme Céce, on apprend à le connaître et on a envie de lui venir en aide.

Et puis tout bascule, l’espoir est piétiné, et pourtant… Le lecteur frissonne, s’interroge, sourit… Simple mais authentique, le roman de Paul Griffin nous fait passer par toutes les émotions. En compagnie de Mack et de Céce, on observe le monde sous un nouveau jour, prônant la tolérance et le droit à l'erreur, avant d'affubler les autres d’idées reçues.

Je remercie une fois de plus Babelio et les éditions De La Martinière Jeunesse pour leur confiance. Cette critique a été réalisée dans le cadre de leur opération Masse Critique.

Ne t'en va pas ~ Paul Griffin
Editions de la Martinière Jeunesse (mars 2013), 316 pages, 14€