Pas raccord
"And I wonder if anyone is really happy. I hope they are. I really hope they are"

Pas raccordAu collège, on dit que Charlie est diffèrent des autres adolescents : qu’il n’est "pas raccord". Et puis arrive le lycée, et là, tout change. Alors qu’il tente de s’impliquer dans ses relations avec autrui, Charlie rencontre Patrick et la jolie Sam, deux Terminales avec qui il se lie rapidement d’amitié. Fêtes, soirées, tout s’enchaine et Charlie se sent enfin à sa place… Mais la vie reste loin d’être simple pour autant…

Dans ce roman, Charlie confie ses soucis à travers de longues lettres adressées au lecteur : un "élève plus âgé" que lui. Il livre ses pensées dans un style qui lui est propre, très proche de l’oralité, et qui ne cessera d’évoluer au fil du roman. C’est comme si une véritable conversation s’instaurait et le personnage n’en devient que plus réel à nos yeux. Certes, Charlie s’exprime avec une certaine naïveté, mais tombe souvent juste dans les réflexions qu’il se fait sur la vie, et même si je ne m’attendais pas à ce type de narration en débutant ma lecture, j’ai aimé ce système de correspondance à sens unique qui permet de donner au récit davantage d’authenticité. On rentre ainsi dans l’histoire sans soucis. On sourit lorsque Charlie partage avec nous les petits riens qui font son quotidien : une réunion de famille, un premier baiser, une virée de nuit en voiture... mais on a aussi le cœur serré lorsqu’il nous confie les pensées sombres qui le hante, les disputes et les souvenirs qui le rendent triste.

Pas raccord aborde aussi bien le thème de l’amitié/amour que celui de la drogue et de l’alcool, les fêtes qui tournent bien… et parfois mal. Toutes ces nuances d’émotions qui font de la vie ce qu’elle est sont retranscrites avec brio par Stephen Chbosky, de la joie jusqu'à un sentiment d’amertume qui rend parfois mal à l’aise. En lisant ce roman, j’ai pensé à la série télévisée britannique SKINS, tant il traite du mal être adolescent avec justesse.

Pas raccord est donc un roman bouleversant qui propose un autre regard sur le monde. Ici, pas de clichés, juste du ressenti brut. Les dernières pages en particulier m’ont faites l’effet d’un véritable coup de poing. Oui, je suis ressortie changée de cette lecture.

Le roman de Stephen Chbosky sera d’ailleurs bientôt adapté au cinéma sous le titre original : The perks of being a wallflower. On pourra notamment retrouver Emma Watson dans le rôle de Sam. Convaincue que le film saura retransmettre les mêmes émotions que le roman, il me tarde de le voir !

Pas raccord ~ Stephen Chbosky
Editions Sarbacane (avril 2008), 294 pages, 10€50