Monday Manga ! # 11
Un bus passe...


Un bus passeC’est bien connu, les transports en communs sont des lieux propices aux rencontres et à la rêverie éveillée : chaque jour, les bus suivent leurs routes et donnent parfois naissance à de belles histoires… C’est ce que nous démontre Mizu Sahara dans Un bus passe, un one-shot où la poésie des dessins se mêle à celle des mots.

Recueil d’histoires (très) courtes et (très) tendre, ce manga ravira les amateurs de romances toutes douces. Une promesse échangée sous les cerisiers en fleurs, des avions capables d’exaucer les vœux… Un bus passe est un véritable condensé d’émotions. Le ton est léger, mélancolique, parfois teinté d'amertume, ou à l'opposé, terriblement joyeux : la mangaka nous fait voyager d'histoires en histoires, dans des univers très diffèrents les uns des autres, tant et si bien que chaque chapitre est une mini découverte en soi.

On en retiendra notamment « Le chemin de Dudley » et ses superbes dessins à l'aquarelle, sorte de Roméo & Juliette fantasy, mais aussi, sur un ton beaucoup plus comique, « Le voleur de lunettes », l’histoire de deux adolescents épris l’un de l’autre mais incapables de s’avouer leurs sentiments.

Mizu Sahara

Vous l’aurez donc compris, Un bus passe est un shôjo contemplatif : dans les tons pastel, les illustrations possèdent un charme indéniable, propice au rêve. On ne peut qu’être subjugué devant la finesse des graphismes, sur lesquels tout se joue. L’expression d’un visage, ou un regard échangé peut en dire beaucoup. Mention spéciale pour l’éditeur, Kaze manga, qui a fait une édition soignée de ce volume unique, avec sa couverture en papier granulé et le choix de garder les pages couleurs de certaines illustrations.

Un bus passe... ~ Mizu Sahara
Kaze Manga (août 2011), 190 pages, 9€95